Trousse internationalePréparez une tournée vers l’international

Réalités internationales et ses diffuseurs

La francophonie musicale en territoire étranger

Réalités régionales

La France pourrait musicalement être fragmentée en plusieurs régions par sa fréquentation et son passé historique. Elle a culturellement une vraie diversité comparativement à la Belgique et la Suisse.

Le Nord est propice à la culture de la musique électronique par sa frontière avec la Belgique, l’Ouest et l’Est ont une tendance plus pop-rock avec des influences musicales de la Bretagne où la musique celtique est reine, tandis que le Sud et Paris ont une dimension urbaine.

Savoir adapter son répertoire, ses textes ou son projet, c’est aussi s’assurer une compréhension de son auditoire à l’international. Malgré que le français soit une langue universelle, il existe plusieurs différences dans l’exactitude d’une expression. Il faut savoir transmettre le bon message à son spectateur.

Sélection des artistes en fonction des régions

La stratégie de la région géographique d’entrée en France et le choix du répertoire musical sont importants dès le début de la mise en marché ou du plan stratégique. Comme ailleurs dans le monde, la France a une réalité face au succès des artistes en milieu rural et urbain. Cette carte invisible des frontières ou scène musicale, représente des intérêts différents quant à l’écoute du spectateur. Un artiste qui se produit dans le Nord de la France avec un grand succès, ne pourrait, voir jamais, connaître le même succès à Paris.

Choix du répertoire

Le répertoire francophone en France se porte bien, il représente les trois quarts des revenus du marché en 2014. Les dix albums les plus vendus sont produits et chantés en français sur 214 albums commercialisés (source Snep Bilan 2014).

Salles de spectacles

Les Zénith

  • Les Zénith sont des lieux conçus pour être loués à des producteurs de spectacles qui y produisent eux-mêmes leurs spectacles et non des lieux de diffusion de concerts. Les Zénith sont un type de salle de spectacles en France et on en compte actuellement dix-sept dont Paris, Montpellier, Nancy, Pau, Toulon, Caen, Lille, Orléans, Toulouse, Rouen, Clermont-Ferrand, Dijon, Nantes, Limoges, Strasbourg, Amiens, St- Etienne et celui de La Réunion. La capacité attribuée à ses salles de spectacles varie entre 5000 à 12000 places. Certaines configurations peuvent descendre à 3000.

Scène de musiques actuelles (SMAC)

  • Le ministère de la Culture a créé un programme de soutien en 1997 pour objectif de fournir une aide financière aux lieux qui répondent à des critères spécifiques dans le domaine de la diffusion de musique actuelle dont la capacité de la salle est de plus de 200 places. Les lieux labellisés SMAC par le ministère de la Culture doivent répondre à des critères qui, pour certains, est d’accompagner les artistes en développement, mettre en place des actions d’aide à la diffusion et à la formation. Les SMAC sont des salles moyennes dont la capacité varie entre 200 et 800 places.

Salles de moins de 200 places

  • Ces petits lieux tiennent une place très importante dans le dispositif de la diffusion de la musique. Ce sont des lieux de découvertes de nouveaux talents, dans le domaine de la chanson, du jazz ou autres styles musicaux. Nombreux sont les artistes à avoir débuté dans ces lieux. On en dénombre environ 1000 dont les maisons des jeunes et de la culture (MJC), salles associatives, maisons de quartier, etc. Leurs sources de financement sont très variables pour ses endroits atypiques, elles peuvent venir du publics ou des recettes propres.

Cabarets et café-concert

  • Les cabarets ont connus une grande vogue à l’époque du music-hall, mais ont évolué durant ces dernières années vers le café-concert. Ceux-ci constituent dans certaines régions de véritables réseaux de diffusion pour les artistes émergents. Ces lieux s’autofinancent avec les recettes de la billetterie, service de bar et de restauration.

Lieux dits culturels

  • Les théâtres municipaux souvent multiculturels, en majorité financés par les villes. Les scènes nationales, 70 endroits en tout et financés par des fonds publiques, proposent de la danse, du théâtre et de la musique.

Festivals

  • C’est un circuit de diffusion très important en France comprenant 1615 festivals dont 115 en chansons, 283 en musiques actuelles, 284 en musiques traditionnelles et du monde, 464 en musiques amplifiées ou électroniques, 469 en jazz, blues et musiques improvisées. 52% se déroulent en été, soit 845 ; 427 au printemps, 280 en automne et 63 en hiver.

Les diffuseurs

Licence d’entrepreneurs de spectacles

La profession d’entrepreneurs de spectacles est réglementée et cette licence donne l’autorisation d’exercer le métier. Elle est délivrée par le ministère de la Culture à travers la Direction Régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France (DRAC), structures du ministère en région.

Il existe trois catégories de licence en France :

  • 1ere licence : Exploitant de lieux de spectacles aménagés pour représentations publiques. Les lieux de spectacles qui englobent les cafés concerts, théâtres, SMAC et tous lieux aménagés pour les représentations publiques ;
  • 2e licence : Producteur de spectacles ou entrepreneur de tournées ayant la responsabilité du plateau artistique, notamment celle d’employeur. Les producteurs de spectacles, diffuseurs ou associations constituées autour des artistes pour commercialiser et produire leurs spectacles (avec une obligation d’être employeur).
  • 3e licence : Diffuseur de spectacles ou entrepreneur de tournées n’ayant pas la responsabilité du plateau artistique. Les promoteurs locaux prestataires des tourneurs, promoteurs locaux, revendeurs de spectacles en tournée ou associations organisatrices de spectacles.

Dérogations à l’obligation d’une licence

  • Les organisateurs occasionnels ayant moins de 6 concerts dans l’année à leur actif;
  • Les artistes amateurs;
  • Les entrepreneurs situés hors de l’Union Européenne. Il faut néanmoins effectuer une déclaration préalable auprès du préfet du département où a lieu le concert au moins un mois avant le spectacle.

Entrepreneurs de spectacles (site web)

Le producteur de spectacles (2e licence)

  • Il est à l’initiative de la création, l’investissement dans la production du spectacle, il prend les risques financiers liés à la création du spectacle et il réunit les moyens nécessaires, financiers, techniques et artistiques pour que le spectacle puisse exister. Il est l’employeur des artistes et des techniciens. Il détient les droits d’exploitation (droit de vendre commercialement un spectacle sur un territoire) quand il sera diffusé.

L’entrepreneur de tournées (2e licence)

  • Il monte la tournée en contactant les réseaux de diffusion. Il prend en charge les coûts d’exploitation de la tournée telle que les salaires, les frais artistiques, la technique et l’administration. Il gère les déplacements, le transport, l’hébergement et les frais entourant la restauration du plateau artistique. Il est l’employeur des artistes et des techniciens lors de la tournée.

Le diffuseur du spectacle (1er licence)

  • Il existe différentes catégories de diffuseurs de spectacles avec des licences attribuables à chaque catégorie. Le diffuseur du spectacle, a la responsabilité de l’accueil du publique, de la billetterie, et de la sécurité du spectacle. Il fournit au producteur un lieu équipé et fonctionnel.

Le promoteur local (3e licence)

  • Il achète le spectacle du producteur (ou du diffuseur initial) pour le revendre à un autre diffuseur. Dans ce cas, sa responsabilité n’est que commerciale, soit il organise le spectacle pour le compte du producteur ou du diffuseur et il en assure la promotion avec un contrat de prestation de service. Il n’est pas l’employeur de l’artiste et des techniciens.